Il faut téter le jour du TET

C’est au lever du jour que nous quittons Sapa après deux jours de repos. La tête dans le brouillard et lourde, les yeux encore plongés dans un pseudo sommeil nous avons du mal à avancer, la fête du TET (nouvel an chinois) de la veille nous marque encore. Une ambiance du tonnerre, un repas bien arrosé je dois l’avouer et un couché à 2 heures du matin pour un levé à 7 heures mettent notre volonté à rude épreuve. Un grand merci encore à l’habitant pour ces moments de complicités partagés. Une chance en ce premier « Janvier Chinois » ou tout est logiquement fermé nous trouvons sur notre chemin un café qui nous servira une soupe. Par bonheur les habitants nous avaient incités à faire des provisions en vue de cette journée morte dans les commerces.

A 1600 d’altitude et dans une relative fraicheur (9°) nous entamons la descente du col de 34 km et le polaire est le bienvenu. La descente, encadrée de paysages tous plus beaux les uns que les autres, se fera sans difficulté. Nous arrivons au bout de ces 34 km à la ville de Lao Cai (passage frontalier le plus au nord vers la Chine). Nous prenons ensuite la route nationale 70 qui longe avec les frontières chinoises. Peu ou pas de circulation en ce jour de TET. Une épicerie de fortune nous servira notre repas (nouilles instantanées) avant notre arrivée à Pho Rang.