I am a poor lonesome cowboy

Oudomxai, départ les jambes lourdes de fatigue accumulée de la veille. Le parcours de la veille laissera des traces sur notre capacité physique à avancer aujourd’hui. Nous reprenons la piste caillouteuse et terreuse et prions pour que notre trajet ne se limite pas à cette surface difficilement praticable. 30 km plus loin enfin du bitume, même partiel, du bonheur. Nous entamons la montée du col du jour. Arrivés en haut du col, la route devant nous est relativement praticable, faîte de montées et descentes sur 60 km. Ce n’est qu’au bout de 70 km que nous trouvons un endroit pour nous restaurer. La poussière, au fil de notre voyage, laisse place à des couleurs chatoyantes et verdoyantes. Nous longeons une rivière (assez imposante) qui me fait penser à une rivière de décor de films de western. Nous passerons la nuit à Muang Khua éreintés une fois de plus.

Ajouter un commentaire